La Virtualisation imbriquée arrive dans le cloud de Google

/, Serveur/La Virtualisation imbriquée arrive dans le cloud de Google

La Virtualisation imbriquée arrive dans le cloud de Google

La virtualisation imbriquée arrive dans le cloud de Google.

Voici comment vous migrerez les grosse charge de données presque impossible à migrer.

À la fin du mois d’août 2017, le bureau de virtualisation de Reg a appris que Google travaillait fort pour rendre KVM meilleur dans la virtualisation imbriquée. Et maintenant, nous savons pourquoi, parce que le géant de la publicité active sa bêta de virtualisation imbriquée.

La nouvelle offre signifie que vous pouvez exécuter une VM à l’intérieur des VMs en tant que service. Celui-ci est loué chez un constructeur l’infrastructure. Le service est en version bêta pour l’instant. Il vous oblige à faire fonctionner l’hyperviseur KVM à l’intérieur d’un Google Cloud VM, qui fonctionne lui-même sur KVM. Google ne prend pas en charge ESX ou Xen, mais ce n’est pas un obstacle énorme à surmonter car KVM peut importer les fichiers VMDK de VMware. Aussi beaucoup d’outils vous permettent de reformater les machines virtuelles.

Pourquoi s’embêter ? Il y a quelques raisons.

Vous pourriez avoir une grosse charge de travail, et aimeriez bien migrer vers le cloud. Mais vous hésitez la migration virtuelle ne marchera pas probablement. Packager le tout comme VM et l’exécuter comme une VM imbriquée règle le problème.

Ou peut-être souhaitez-vous avoir des VM dans le cloud comme option de récupération après sinistre, mais ne voulez pas les mettre à la base de votre fournisseur IaaS. Ici encore, la virtualisation imbriquée vous aide à faire en sorte que ces machines virtuelles soient intégrées dans le cloud sans pourtant effectuer d’importantes rénovations.

La virtualisation imbriquée de Google ne fonctionnera pas avec une ancienne VM : vous devrez spécifier une CPU Haswell ou ultérieure pour accéder aux extensions Intel VT-x pour que ça marche. Aussi soyez préparé à ce que Google prévient que ce sera « au moins une pénalité de 10% pour les charges de travail liées à la CPU et peut-être beaucoup plus pour les charges de travail liées aux I / O ».

L’Azure de Microsoft a lancé sa propre virtualisation imbriquée en janvier 2017 et l’EC2 d’AWS peut le faire avec l’aide de tiers tel que Ravello.

2018-01-16T10:45:33+01:00